mercredi 8 février 2017

5 chansons qui ont boosté ma confiance en moi (et qui me font sentir puissante)

Il y a quelques semaines, j'étais à la Mutinerie avec des membres de l'équipe de Simonae (un mag sur Internet que je vous conseille de lire, qui aborde beaucoup de sujets, du militantisme aux gâteaux végans en passant par la santé sexuelle). Pour un atelier body-positive et self-love pour la Bikini Born Ready. Le principe de l'atelier? Écrire sur un papier trois choses qu'on apprécie de nous. Par exemple, j'ai écrit que j'aimais mes yeux, mon sourire et ma flamboyance! Il y a 5 ans je n'aurais jamais imaginé pouvoir participé à ceci.

Vous le savez sûrement si vous êtes des lecteurices assidu·e·s de mon blog (merci de votre fidélité!). Sinon je vais vous dire (mais faudra quand même lire les articles!): je suis pleinement confiante en moi! Mais j'ai mis énormément de temps à avoir confiance en moi. C'était un processus long pour moi, et grâce à Dieu j'ai fini par réussir. Et j'en suis fière!

Parfois il m'arrive d'avoir des périodes où je suis un peu moins flamboyante, quand je me prends de la grossophobie dans la gueule, ou quand je vois des memes internet demandant aux meufs "quelle est votre excuse pour ne pas maigrir de ouf?". Bref, ça me saoule. Mais jamais longtemps, parce que j'ai une petite playlist dans mon iPod baptisée "La super-puissance!". Ce sont cinq chansons que j'écoutais (et écoute encore en boucle) quand j'ai un coup de mou. Je vous les partage!


All About That Bass - Meghan Trainor
Every inch of you is perfect from the bottom to the top
Chaque centimètre de ton être est parfait, des pieds à la tête




Cette chanson, sortie en 2014, a été pendant un temps mon hymne body-posi. La musique est entraînante, le clip est super coloré, et ça me plait beaucoup! De quoi se dandiner sous la douche ou dans son salon 

on s'enjaille!

F***** Perfect - Pink (TW/CW bullying, auto-mutilation, sang, TCA...)
Pretty, please, if you ever, ever feel like you're nothing. You're fucking perfect to me
Chérie, je t’en prie, si jamais tu te sens comme si tu n’étais rien. Saches que tu es parfaite pour moi




LA chanson qui me fait chialer de tristesse, parce qu'elle me rappelle mes périodes de troubles alimentaires compulsifs. Mais qui me fait chialer de joie parce que ça me rappelle comment j'ai pu surmonter tout ça, entre autres grâce aux concours Miss Curvy que j'ai fait, grâce aux défilés auxquels j'ai participé, et puis grâce aux merveilleuses rencontres que j'ai faites via les réseaux sociaux. 


Beautiful - Christina Aguilera
We are beautiful no matter what they say. Words can't bring us down
Nous sommes magnifique, peu importe ce qu'ils disent. Les mots ne peuvent pas nous abattre



Je n'avais pas compris cette chanson avant quelques années, et c'est quand j'étais au plus bas que j'ai fini par comprendre ce que ça signifiait vraiment. J'étais une grosse quiche en anglais plus jeune, ça n'a pas du tout aidé... 

Flawless - Beyoncé
I woke up like this. We flawless, ladies tell 'em!
Je me lève ainsi. Nous sommes parfaites, Mesdames, dites-leur!




Aaaaaaaaaah! Ma chanson qui me fait sentir puissante chaque fois que je mets un pied dehors! "Parfaite", "Sans défauts", oui c'est ce que je suis! 


Beauty Never Lies - Bojana Stamenov
Finally I can say , yes, I’m different, and it’s okay! Here I am!
Finalement je peux le dire, oui je suis différent·e et c'est bon! Me voilà!



Le meilleur pour la fin, celle qui me tire les larmes chaque fois que je l'écoute! D'accord c'est une chanson de l'Eurovision, ça a l'air peut-être un peu kitsch, mais si je vous dis qu'elle résume un peu mon existence? Et peut-être celles d'autres personnes! Je m'y retrouve dans les paroles, et je pense que cette chanson, c'est LA chanson body-posi à écouter :)

Voilà, j'espère que ça vous aidera également! Et n'oubliez pas: vous êtes tou·te·s flamboyant·e·s!!


mercredi 21 décembre 2016

La bonne femme noire (épisode militantisme)

Mon Dieu ça fait si longtemps que je n’ai pas écrit d’articles mon blog commençait légèrement à déprimer là…

Mais passons, faut qu’on parle de choses très sérieuses là. Ça fait des mois que le sujet revient régulièrement sur le tapis: le militantisme de certaines femmes noires. Et à chaque fois qu’on en parle, c’est pour le remettre en cause. En effet, la plupart des afroféministes, que ce soit dans leurs blogs, dans les manifestations ou sur Twitter dénoncent le blantriarcat (néologisme formé des mots “blanc” et “patriarcat”), les standards de beauté occidentalo-centrés ou encore la misogynoir intra-communautaire (venant de mecs ou de femmes noires) et le colorisme subi par les femmes noires darkskin.

Mais apparemment, pour être une bonne militante, il faut visiblement passer un brevet de “wokitude”.
Même Booba il est qué-cho...

Je m’explique : plusieurs femmes noires (militantes ou non) ont un bae (chéri, copain, mari, etc) blanc. Et cela suffit pour certain.es de remettre en cause leur militantisme quand elles abordent les sujets que j’ai cité plus haut.





Je ne savais pas qu’on mesurait notre degré de wokitude aux personnes avec qui on est en couple… Donc étant donné que je ne suis sortie qu’avec des Comoriens (Mayotte inclus), je devrais être super woke en fait? Ben pas du tout, je suis encore en pleine déconstruction (et on ne l’est jamais totalement…). Par contre niveau communautarisme j'y suis allée fort...

Dire que les afroféministes qui sortent avec un blanc (aka l'oppresseur) ne sont ni légitimes, ni bien placées pour parler de racisme, de colorisme et de la misogynoir des mecs noirs est aussi pertinent que de dire:
  • Que les féministes qui sont en couple avec des hommes (aka l’oppresseur) ne sont pas légitimes pour parler de sexisme
  • Que les femmes* ou personnes non-binaires bi/pan/polysexuelles en couple avec un homme cis hétéro (aka l’oppresseur) ne sont pas légitimes pour parler LGBTphobies
  • Qu’une personne grosse en couple avec une personne mince ne serait pas légitime à parler de grossophobie (j’avoue c’est capilo-tracté), et j’en passe.

Complètement stupide…



En vérité, la masse de critiques envers les afrofems en couple avec un blanc est surtout faite en réponse à la masse de critiques que les afrofems ont pu faire à propos de la misogynoir des mecs noirs et du colorisme.
“Ouais, elles parlent de misogynoir, mais elles sortent avec un bae blanc”
“Mouais, ça parle colorisme, darkskin et tout, mais ça sort avec des blancs. Hashtag l’incohérence !”
“Elles parlent de colorisme, misogynoir, etc mais c’est qu’un prétexte pour cracher sur les hommes noirs! En fait, elles ne roulent que pour elles!”
(Je vous jure que des tweets comme ça, j’en ai vu passer...)

La vérité, c’est qu’au lieu de parler de cette misogynoir et de ce colorisme qui empoisonnent nos relations (surtout quand ça vient d’hommes noirs), certain.es préfèrent faire des threads sur l'incohérence des “femmes noires à bae blancs traîtresses à leur race” qui causent de tout ça. Par contre, quand il s’agit de recadrer ces misogynoiristes, y a moins de gens. (Heureusement que ça change un peu)
Et je ne parlerai même pas de ces accusations de jalousie quand des militantes afrofems parlent de colorisme. Au lieu de se remettre en question ou d'entamer une véritable discussion sur ce sujet, on préfère jouer la carte de la jalousie de ces meufs.

Complètement stupide…




Oui, on peut se questionner sur le fait de sortir avec un blanc quand on est une afroféministe et qu’on dénonce le racisme et les relents nauséabonds de la suprématie blanche. C’est totalement légitime dans un cadre militant. Mais se servir de cette question pour cracher sur les afrofems sans poser un seul argument valable? Non c’est mort.

On ne pose pas la question de savoir si une militante noire qui serait en couple avec un homme noir qui n’est pas woke ou militant lui même sera une mauvaise militante. On ne pose pas la question de savoir si une femme féministe mariée dessert sa cause. Alors pourquoi remettre en cause le militantisme d’une femme noire en couple avec un homme blanc? D'ailleurs je n’ai jamais entendu la variante de la question “si elle était en couple avec une femme blanche”. Coïncidence ? I don’t think so!

À la base, l’afroféminisme permet de parler des femmes noires, des oppressions spécifiques qu’elles subissent, comme la misogynoir. Mais c’est aussi l’occasion de parler de colorisme ou des relations qu’elles ont avec les hommes noirs.

Alors oui, peut-être qu’en tant qu’homme noir, ça te piquera qu’on parle de tout ça. C’est normal, quand tu refuses de te remettre un peu en question ou de remettre en question certaines choses présentes dans la communauté noire.

Et scruter l’intimité de ces militantes, uniquement pour les discréditer, c’est franchement pathétique. Au final c’est quoi le plus important : la cause pour laquelle elles se battent ou ce qu’elles font de leur entre-jambes ? De toute manière si elles veulent se taper un bae blanc tu vas dire quoi même? So...




Et occupe toi de tes fesses...

Au fait Frantz Fanon s’est marié avec une femme blanche, tu remettrais en cause tout ce qu’il a fait pour l'émancipation des noir.es? C'est un traître aussi?

Si tu résumes le degré de militantisme plus en scrutant les relations des gens qu'en regardant ce qu'iels font pour la cause, c'est que t'es quand même un peu bizarre...