jeudi 16 avril 2015

Le harcèlement de rue (épisode "les meufs exagèrent")


J'avais écrit un article sur le harcèlement de rue (HdR) en octobre 2012 (lire ici). Deux ans et demi plus tard, pas grand chose n'a évolué, le HdR est toujours autant présent. Mais des associations de lutte ont vu le jour, d'autres ont bénéficié d'une visibilité plus forte après le reportage de Sofie Peters.

Je vais en reparler ici, par rapport au hashtag #PlutôtSympa sur Twitter, qui a vu le jour après un tweet de Sophie de Menthon (Jetez un coup d'œil au Tweet de @SdeMenthon). Sur ce hashtag, des centaines de jeunes femmes ont raconté une expérience de HdR qu'elles ont vécu dans les transports ou dans la rue. Parce qu'elles estimaient que le tweet de madame de Menthon était déplacé et que ça minimisait ce phènomène. Ben oui visiblement le constat mis en évidence dans le rapport du Haut Conseil à l'Egalité entre les femmes et les hommes, puisque la conclusion du rapport est que: 100% des utilisatrices des transports en commun ont été victimes, au moins une fois dans leur vie, d’agression ou de harcèlement sexuel. Chaque fois qu'on aborde ce sujet, la première chose qu'on nous dit, c'est que "les femmes exagèrent"! Ah. Ben. D'ACCORD.


Une drague commence toujours par quelqu'un qui accoste une femme dans la rue/un magasin/à la salle de sport/en boîte. Le harcèlement débute aussi comme ça, à une différence près: c'est une drague non consentie, presque gênante pour la personne qui le subit. Sans compter tout ce qu'il y a autour, c'est-à-dire les sifflements, les remarques crues dans la rue, les regards vicelards. Même si ce ne sont pas du harcèlement à proprement parler, ce sont des choses qui mettent la plupart du temps les femmes mal à l'aise. Personnellement, ça me met mal à l'aise. J'ai horreur de ça. Pourtant j'aime bien que les regards se tournent vers moi quand je marche dans la rue, même si de base quand je m'habille ce n'est que pour moi (et mon copain, parce que j'adore lui plaire!). C'est flatteur d'être remarquée, c'est plutôt sympa quand quelqu'un (homme ou femme) vient vers moi pour me complimenter. Pour une fois que je me kiffe, autant en profiter! Mais quand on sent qu'on est de la viande (et non une personne à part entière), ça devient gênant. Ou pire.

La drague, ça peut être très agréable. On peut faire des rencontres sympas, trouver des points communs, et peut-être même trouver l'amour! (puisqu'il y a des mecs qui croient au coup de foudre dans la rue). Mais une drague ne peut se faire que si les deux partis sont consentants, si les deux partis sont d'accord. La drague, c'est comme une danse de salon (oui oui la comparaison est foireuse...).

Le dessinateur du Projet Crocodiles a fait toute une planche sur la différence entre la drague et le harcèlement. Je vous invite à la lire (surtout les mecs cis hétéros) pour mieux comprendre (à lire ici)

Si ces hommes tiennent tant à aborder des jeunes femmes dans la rue, il n'y a pas de souci, tant que ça se fait dans le respect de l'un et de l'autre. Les sifflements, les remarques et regards vicieux, tripoter ou se toucher le paquet en voyant une femme, ce n'est pas de la drague. Insister après un ou plusieurs refus, ce n'est plus de la drague. Mais au lieu d'accuser ces femmes de ne pas savoir faire la différence entre harcèlement et drague, les hommes devraient se poser, se taire, et écouter les concernées.

Pour aller plus loin:
Article de Madmoizelle: Je veux comprendre le harcèlement de rue
Les questions composent, sur le harcèlement de rue
Qu'est-ce que le harcèlement de rue? par le collectif Stop HdR
Le Tumblr "Harcèlement de rue", témoignages de femmes victimes
La réaction de Naya à propos de la remarque de Sophie de Menthon
La lutte contre les violences sexistes dans les transports en commun continue
Diglee, sur le harcèlement de rue




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Quelque chose à dire?