vendredi 23 février 2018

Quand des féministes deviennent oppressives

[TW/CW Grossophobie, islamophobie, misogynoir]

J'avais dit il y a un moment que je comptais parler ou écrire sur ces féministes qui tapent sur des femmes qui ne correspondent pas à leur vision du féminisme. Here we are! C'est ti-par !!

J'avais envie d'écrire sur ce sujet-là parce que je vous avouerai que ça me perturbe un peu de voir des femmes se définissant comme féministes prendre de haut d'autres femmes parce que ces dernières n'agiraient pas de « manière féministe ». Enfin, plutôt parce que leurs actions ne correspondraient pas à leur vision du féminisme. Le seul, le vrai, l’authentique féminisme mainstream.

 Il est vrai qu’on peut avoir des désaccords politiques profonds, par exemple entre les féministes qu’on appelle « universalistes » et les féministes qu’on dit « intersectionnelles » ou encore entre les féministes contre la prostitution (et donc abolitionnistes) et les féministes « pro-prostitution » et non abolitionnistes (je reviendrai sur ces différents féminismes dans un prochain article ou une prochaine vidéo). Ce que je reproche aux féministes mainstream, c’est qu’en défendant leurs idées, elles peuvent devenir oppressives. Islamophobie, putophobie, racisme et même parfois grossophobie peuvent servir à justifier leur position sur les libertés des femmes.


Depuis que j'ai commencé à militer, j'ai vu plusieurs cas de figures, et je vais vous exposer ici trois cas qui m'ont marquée.


Le féminisme mainstream et les concours de beauté pour femmes rondes


Si vous me lisez depuis quelques années, vous savez que j'ai participé à des concours pour promouvoir l'image des femmes rondes (ou grosses si vous préférez). Beaucoup de jeunes femmes ont depuis quelques années participé à ces concours, que ça soit pour réaliser un rêve d'enfant, pour s'empuissancer (proposition de traduction du mot « empowerment » par la blogueuse Le Kitambala Agité) ou encore pour guérir d'anciennes blessures (comme pour moi). Mais à entendre certaines, c'est incompatible d'être féministe et de participer à ce genre de concours. Je vous cite une féministe convaincue qui donne son avis sur les concours de beauté type Miss Ronde ou Miss Curvy.

« Enfin, et je m'arrêterai là, mais dire que ce genre de concours, dans lequel vous défilez comme des carcasses de vaches pendues à un crochet de boucher pour comparer les meilleurs morceaux de chacun·e, pour au final s'entendre dire, pour les gagnant·e·s, « vous êtes belle-beau mais attention hein, que dans votre catégorie », est un vecteur de bien-être et d'acceptation... Moi le manque de bienveillance je le vois plutôt dans l'existence de ces concours plutôt que dans leur rejet. »

Carcasse. De. Vaches. Pendues. À. Un. Crochet. De. Boucher.


Est-ce qu'on peut souligner le fait que cette « féministe » se vautre dans des comparaisons plus que limite pour dire qu'elle n'est pas d'accord avec les concours de beauté ? (Je vous parlerais bien de cette maire qui ne voulait pas prêter une salle municipale parce qu'elle ne « cautionne pas les foires aux bestiaux ». Mais ça me saoule d'avance.)

Ce que je veux dire, c'est qu'on peut être contre les concours de beauté classique, comme Miss France qui promeuvent un modèle quasi unique de beauté féminine (j'en avais parlé il y a un petit moment) et être contre le principe même des concours de beauté. Mais insulter des femmes qui ne correspondent pas à la norme imposée par la société et qui essayent d'une manière (peut-être ou peut-être pas la meilleure) de se réapproprier leur corps ou de faire de la body-positivity, je ne suis pas sûre que ça soit si « bienveillant ».

Le féminisme mainstream et les femmes musulmanes


Sujet brûlant. Depuis quelques années, on nous bassine avec le voile (et toutes ses variantes style foulard et turban) qui serait un instrument de soumission de la femme. Discours venant des Fourest, Badinter, Valls et compagnie. J'en avais parlé un peu parlé dans ma vidéo sur la mode pudique et dans cet article. Et rien n'a changé. L'islamophobie sous couvert de féminisme, c'est habituel en France.

Que ça soit parce qu'une association veut faire entendre la voix des femmes musulmanes. Que ça soit parce qu'une jeune femme talentueuse débarque dans une émission de télécrochet avec un turban sur la tête. Que ça soit parce qu'une poupée est à l'effigie d'une athlète musulmane qui porte le hidjab. Que ça soit parce qu'une femme musulmane avec un turban a remis l'ancien premier ministre à sa place lors d'une émission politique. Que ça soit parce que des femmes vont à l'université avec leurs voiles. Tout est prétexte pour cracher son islamophobie en la maquillant avec du féminisme « bienveillant ».



(oui, j’étais légèrement vnr)

C'est marrant que ces féministes ne s'énervent pas sur les nonnes...

vous prendrez bien une tasse de thé?

Dans une moindre mesure, quand je dis que je suis une femme musulmane et que je suis féministe, on y voit souvent un paradoxe (que j'ai déjà abordé ici). En effet, la religion musulmane serait l'ennemi de la femme, elle piétine ses droits, elle fait des femmes des personnes soumises à leur mari, frère(s) ou père ! Il est donc impossible d'être musulmane et féministe. Okay vu...

C'est franchement effarant quand, par pure islamophobie, on retire à des femmes musulmanes le droit d'avoir un libre arbitre sur leurs vies. Inconcevable pour les Charlie et grands défenseurs des droits des femmes (qui regardent un peu trop souvent l'Iran et l'Arabie Saoudite au lieu de regarder la France...) qu'une femme puisse choisir de se couvrir par pudeur, ou tout simplement pour respecter une prescription religieuse. Inconcevable pour les féministes mainstream d'être une femme libre et d'avoir une foi religieuse autre que catholique...
« En fait, tout ce cirque n’est que du paternalisme républicain, qui ne vaut pas mieux que le paternalisme religieux qu’iels aiment tant dénoncer. Un paternalisme infantilisant avec des relents nauséabonds de néo-colonialisme. C’est ce paternalisme qui a permis de faire passer ces lois et ces arrêtés islamophobes dans le fond. Oui, tout ce paternalisme républicain ne voile (sans mauvais jeu de mots) absolument pas leur islamophobie. Tout ceci avec la complicité des médias. Ce sont toujours les femmes musulmanes qui sont visées. Porter un hijab, un jilbeb ou un burkini est la preuve d’un refus d’intégration et d’un manque de respect de la laïcité ! Ou pire, ce n’est pas de l’initiative des femmes, c’est forcément leur père, leur frère ou leur mari qui les a obligées ! Ce n’est pas seulement de l’islamophobie, c’est également sexiste. »
(Extrait de mon article « Burkini, autopsie d'une polémique ») 

Le féminisme mainstream et les artistes noires


Ah ça ! Je vous avouerais que ça me fait pas mal rire ! Surtout quand on se rend compte des doubles standards qu'il peut y avoir concernant les artistes noires telles que Rihanna, Beyoncé ou Nicki Minaj (pour ne citer qu'elles).

Bizarrement, quand ces trois artistes twerkent ou dansent en petite tenue sur scène ou dans leurs clips, on leur reproche d'être des fausses féministes ou de véhiculer une mauvaise image de la femme. C'est ce qu'a dit Lou Doillon dans une interview :

« Quand je vois Beyoncé chanter nue sous la douche, suppliant son mari, ivre, de la tirer, je me dis : « On assiste à une catastrophe ». Et par-dessus tout, on me dit que je n'ai rien compris, que c'est une vraie féministe parce que dans ses concerts il y a un énorme écran qui le dit. C'est dangereux de croire que c'est cool. » 
« Quand je vois Nicki Minaj et Kim Kardashian, je suis scandalisée. Je me dis que ma grand-mère a lutté pour autre chose que le droit d'arborer un string. »

C'est vraiment drôle qu'on reproche à ces trois meufs noires (j'insiste bien sur le mot « noires ») de se sexualiser en se dénudant. Alors que des artistes blanches qui se sont dénudées ces dernières années, il y en a eu pas mal, et là pour le coup c'était de l'empowerment ! Comme je l'ai dit dans ma vidéo sur la misogynoir, c'est « la liberté de la femme à géométrie variable ».

On peut aborder le sujet de l'hypersexualisation et de la fétichisation des femmes noires. Déjà, ce n'est pas un sujet que je laisserai aux white feminists. Mais à les entendre, l'hypersexualisation des femmes noires est le cadet de leurs soucis. Le souci c'est que pour elles, ces femmes noires qui font ce qu'elles veulent de leur corps (y compris twerker et se dénuder) sont à la solde des hommes et du patriarcat. Ah bon ? Parce que Lou Doillon à moitié à poil pour une pub, c'est comment dans leur monde ?

(Pour aller plus loin, ces excellents articles de Paige Palmer et de Kiyémis)

Le principe que j'estime être essentiel dans le féminisme, c'est le « nos corps, nos choix », autrement le droit à disposer de son corps. T'as envie de twerker en petit shorty ? Go ! Tu choisis de t'habiller de manière pudique parce que tu te sens mieux ainsi ? Go ! Tu as envie de participer à un concours de beauté pour les femmes grosses ? Go ! T'as envie de mettre une jolie robe courte ? Go ! Je ne comprendrai jamais les féministes qui tapent sur les femmes qui ne sont pas en accord avec leurs idées. On peut avoir chacune notre avis. Par exemple, il m'arrive de porter des jupes courtes, mais pas en-dessous d'une certaine longueur, parce que je ne suis pas à l'aise. Je ne veux pas être payée pour avoir du sexe ou faire plaisir à un homme par webcam. Mais ce sont mes choix personnels et je ne blâmerai pas une femme de porter des mini-jupes ou mini-robes qui arrivent bien au-dessus des genoux. Je ne blâmerai pas une femme qui choisit de faire payer des relations sexuelles ou de faire des cams.

En revanche, je critiquerai les féministes qui jettent des femmes sous le bus parce qu'elles seraient à la solde du patriarcat par leurs actions. Je l'ai été par le passé, et je me suis rendue compte plus tard que ce n'était pas utile à la lutte de blâmer des femmes. Les féministes putophobes, islamophobes, un peu misogynoiristes sur les bords et quelques fois grossophobes, très peu pour moi. Faudrait qu'un jour, ces femmes comprennent réellement ce principe : mon corps, mon choix (et ferme ta gueule).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Quelque chose à dire?

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...